lundi 3 août 2009

Les scouts calculent leur bilan de carbone

La nouvelle jeunesse des mouvements scouts

Ils multiplient les initiatives. Dernière en date : le calcul de leur bilan carbone. Un scout consomme trois fois moins d'énergie qu'un citoyen français...de plus
les Guides et scouts d'Europe, conservant les pratiques traditionnelles du scoutisme, rassurent également "le milieu traditionnel, chrétien engagé", dans lequel ils recrutent.

Le naufrage de l'Espadon en 1998 a fait du tort à toutes les organisations.

Onze ans plus tard, la clientèle traditionnelle des Scouts d'Europe - cette "population très versaillaise", dit-on chez les GSE - revient.

"Beaucoup d'officiers ont leurs enfants chez nous, déclare-t-on de même source, qui se font des amis via le scoutisme."

La base sociologique du scoutisme français semble peu varier : des familles issues des classes moyennes et supérieures, avec un très haut degré d'attente éducative, souvent très insérées localement, notamment autour de la paroisse.

Ce qui peut apparaître comme une garantie de recrutement pour certaines organisations est également une limite au développement d'autres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire